Qui est Brigitte ?

Le Tarot a accompagné mon existence depuis toujours.
Ma mère « tirait les cartes » pour son entourage et j’ai été bercé dans cette ambiance.
Fascinée par les arts divinatoires j’ai pu accéder après une vie familiale et professionnelle bien remplie à la pratique de ma passion : la tarologie.

Bien que pourvue d’un don de clairvoyance que je n’ai jamais voulu développer, mes aptitudes à voir et sentir les choses avec clarté et lucidité dans mon environnement familial et amical se sont imposées à moi avec une précision que je n’imaginais pas.
J’ai alors cessé mon activité professionnelle de dirigeant d’entreprise pour me consacrer exclusivement à l’étude et à l’apprentissage des diverses méthodes de tarologie, psycho-tarologie et numérologie, avec le soutien de mon compagnon et de ma famille.
Je me suis formée auprès de Corinne MOREL à LYON durant trois années.

Auprès de Corinne et grâce à son enseignement, j’ai pu accéder à toutes les informations essentielles pour pratiquer cet art avec un sérieux et une compétence indispensable.
Mon engagement dans la pratique de la Tarologie est de travailler dans le respect d’une véritable éthique.
La solide connaissance que je possède de l’art divinatoire et mon approche du Tarot est rationnelle et globale.
Pour aborder le Tarot psychologique, j’ai entrepris un apprentissage de psychologie, toujours avec Corinne MOREL, ce qui m’a permis de m’enrichir des réels outils de connaissance de soi et de compréhension de la nature humaine.

Je suis praticienne de la méthode Hawaïenne de guérison et art de vivre HO’OPONOPONO dont le but est de se reconnecter à notre étincelle divine.
Pratiquer HO’PONOPONO c’est simplement et humblement retrouver la paix en soi. Par une pratique continue et quotidienne nous libérons les mémoires négatives de notre passé et nous rectifions nos erreurs de pensées, paroles et actions. Pratiquer HO’OPONOPONO c’est ne rien vouloir, ne rien attendre, c’est lâcher prise totalement, c’est faire confiance à son âme. Ma vie avec HO’OPONOPONO s’est éclairée et je tiens ici, à remercier mes Maîtres Maria-Elisa HURTADO-GRACIET et Jean GRACIET.